HISTOIRE ET FONDEMENTS DU TAI-JITSU

Le Tai-Jitsu est un Art Martial classique japonais dont l’origine remonte au XVI siècle. Son esprit d’Auto Défense (self défense) est une caractéristique significative bien qu’elle ne soit pas son objectif le plus important. Le Tai-Jitsu faisait partie de l’entrainement des Samouraïs et des guerriers pour la lutte sans armes lorsque, pour diverses raisons, ils ne pouvaient pas utiliser leurs katanas ou leurs armes. Le sens des ideogrammes kanji qui forment le nom de Tai-Jitsu signifient:

TAI - Corps
JITSU - Art de défense

Les téchniques se basent sur l’application des principes physiques et biomécaniques au mouvement. Il s’agit d’utiliser les forces que génère l’adversaire pendant l’attaque et les retourner contre lui, en recourant au sens de l’opportunité et du moment précis, appliquant les concepts d’anticipation, enchaînement , combinaison, etc... Donc, dans le Tai-Jitsu, pour nous défendre, nous nous servirons de toutes les armes du corps,utilisant le déplacement et les rotations (Tai Sabakis) comme base gênératrice de force, de vitesse et de parcours dans la réalisation des techniques.

Le Tai-Jitsu travaille sur les trois distances de combat (longue, courte, corps à corps, debout et au sol) utilisant tous types de techniques: atemis, projections, luxations, inmobilisations, étranglements, etc....toutes sous forme intégrale et enchaînées.

On a beaucoup parlé de la manière dont les Arts Martiaux sont passés de la Chine au Japon. La théorie la plus vraisemblable, par les évidences historiques, est que les Arts de Combat orientaux sans armes peuven étre originaires de la Grèce.

Six siécles avant le premier temoignagne japonais de combat sans armes, il existait en Grèce un sport semblable, techniquement très proche de ceux que nous connaissons aujourd’hui comme Tai-Jitsu, le Pankreate ou Pancrace, qui signifie “ L’art omnipuissant”. Il a été inclus dans les Jeux Olympiques de Grèce de l’an 648 avant J.C et il a survécu dans ce pays jusqu’à envion l’an 400 áprès J.C. De cette époque il existe des peintures, des vases et des sculptures sur les techniques de cet art. Il ne s’agit pas de faire ici une étude historique sur le thème, cela pourrait étre abordé dans un article spécifique ou mieux laissé aux historiens et érudits en la matière.

Le Tai-Jitsu que nous connaissons actuellement est en grande partie recueilli par Maître Minoru Mochizuki, lequel apprit les techniques enseignées par Maître Sokaku Takeda a Moriehi Ueshiba (créateur de l’Aikido). Le maître Minoru Mochizuki est envoyé par le maître Kano (créateur du Judo) pour étudier et s’entraîner selon les techniques de Daito Ryu avec maître Ueshiba obtenant le titre de maître. Maître Kano l’envoie parce qu’il sait que Ueshiba fut élève de maître Sakoku Takeda. Ueshiba demande à Minoru Mochizuki d’être son successeur mais M. Mochizuki refuse l’offre car il ne partage pas la nouvélle oriêntation qu’il donne à son travail, s’éloignant de l’idéal d’Art Martial et qui plus tard deviendra ce que nous connaissons comme Aikido. Maître Mochizuki récupère un grand nombre de techniques, spécialement de Tai-Jitsu, ainsi que des Katas trés anciennes concernant ce type de travail sans armes. Il ne faut pas oublier que le Tai-Jitsu était une dicipline, “matière”, de plus dans les écoles de formation de samouraïs qui travaillaient aussi l’épeé longue et courte,, le Tanto etc.

Au cours d’un voyage que maître M. Mochizuki réalisa en Europe, en France, en 1951 il donne des cours à des pratiquants d’Arts Martieux. Parmi ceux-ci se trouvait maître Jim Alcheik. Celui-ci s’entraîna trois ans avec le maître, en France et après s’en alla au Japon por continuer les études pendant trois autres années. À son retour en France en 1956, il donne des cours de Tai-Jitsu et un de ses élèves et assistant est maître Roland Hernaez. Maître Jim Alcheik meurt dans un attentat terroriste en Algérie où il s’etait rendu comme agent secret du gouvernement français.
Après sa mort Roland Hernaez décide de continuer la tâche commencée par son maître et il fait un voyage au Japon pour s’entraîner avec maître Minoru Mochizuki. Maître Roland Hernaez développa la méthodologie de travail et d’entraînement du Tai-Jitsu adapté à la conception didactique occidentale, conservant scrupuleusement l’aspect pédagogique et l’esprit du BUDO JAPONAIS. Cette methodologie jouit de l’approbation de Maître Mochizuki qui la reconnaît comme la méthodologie officielle du système pour l’enseignement du Tai-Jitsu.

Le Tai-Jitsu est introduit en Espagne en 1977-78 et son promoteur est M. Carlos Vidal de Castro qui l’inscrit à la fédèration Espagnole de Karate, dont il ètait à l’epoque secrétaire, comme discipline associée. Depuis lors c’est cette fédération qui est reconnue par le Conseil Supérieur de sports comme la Fédération Officielle chargeé de la divulgation, organisation et réglementation du Tai-Jitsu, en Espagne, tel que le reconnaissent ses statuts.